La fin DE LA FIN

Lire la vidéo

La fin nous assaillit

La fin de toutes les choses qui nous ont quittées, que nous avons apprises, que nous avons construites semble imminente. Nous vivons l’angoisse de la fin comme si nous étions en train de gravir une montagne. Et une montagne, c’est un trou retourné.
Le thème est une tension indéfinissable entre deux mondes. Le monde que nous avons et cet autre monde dont nous rêvons. Autrefois, nous avons inventé les langues qui nous ont aidés à construire cette utopie d’un monde qui changeait tout autour de nous. Maintenant, nous ne servons plus de ces langues. Parce qu’elles nous empêchent de changer. Parce qu’elles nous emprisonnent. Nous valsons et peu à peu, nous nous transformons en chiens. Nous sommes les enfants et les fruits d’expériences algorithmiques d’entreprises innovantes. Il n’y a rien que l’on puisse faire à ce sujet. Nous perdons les mots. Chaque jour un peu plus. Tout est en train de changer radicalement. Nous devons aussi apprendre à changer. Nous nous sentons de mieux en mieux dans cette vie de chien.

Et tout cela pour qu'il y ait une place pour chacun.

Nous perdons les mots.

« Nous avons changé de manière radicale, que nous devons maintenant changer pour nos différentes manières dans ce nouvel environnement ».

Norbert Wiener dans Cibernética y Sociedad, L’utilisation humaine des êtres humains (1954)

VOULEZ-VOUS ACCÉDER AU SPECTACLE COMPLET?

Remplissez le formulaire

Une coproduction